La VAE Auxiliaire de Puériculture : Comment ca se passe ?

VAE-auxiliaire-puericulture-2

La VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) auxiliaire de puériculture permet l’obtention du diplôme professionnel sans avoir à passer par la voie de la formation classique. Les conditions et le processus de validation sont régis par l’arrêté ministériel du 16 janvier 2006 et doivent être suivis à la lettre.

A/ Conditions

La candidate doit justifier de connaissances professionnelles en lien direct avec le contenu du diplôme d’auxiliaire de puériculture. Ces connaissances peuvent relever d’une activité salariée, non salariée ou bénévole. Elle portent sur la réalisation de soins d’hygiène et d’activités d’éveil et d’éducation auprès d’enfants, que ce soit à domicile ou en établissement, et sont détaillées dans le référentiel.

Recevez votre documentation gratuite ici

Depuis 2007, la demande de VAE n’était recevable que si l’on justifiait de trois ans d’activité, de façon continue ou non. La « Loi n°2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels », plus connue sous le nom de « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a abaissé cette période d’activité à un an. De plus, les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel sont prises en compte, alors qu’elles en étaient exclues auparavant.

Pour cette baisse de durée d’activité, la Loi Travail s’appuie sur le fait que cette durée « en rapport avec la certification visée ne représente pas une condition systématique de réussite d’un parcours VAE, notamment pour des certifications de premier niveau ».

Cette évolution présente un côté positif, à savoir permettre à des personnes peu qualifiées de bénéficier de la VAE. En revanche, le diplôme d’auxiliaire de puériculture obtenu par la VAE (au même titre que beaucoup d’autres diplômes ou certifications) risque d’avoir moins de valeur aux yeux des employeurs. N’oublions pas non plus que, par définition, le jury est souverain, c’est-à-dire qu’il décide de la validation totale ou partielle ou du refus de validation du diplôme par rapport à l’expérience professionnelle et qu’il est également paritaire (constitué à parts égales de professionnels et d’enseignants). Il existe donc un risque important d’augmentation des validations partielles et des refus de validation, d’autant que la baisse de la durée d’activité requise entraînera inévitablement une hausse significative du nombre de demandes de VAE.

Dans le cadre d’une demande de VAE, il est possible à tout salarié d’obtenir un congé limité, jusqu’ici, à l’équivalent de 24 heures de temps de travail consécutives ou non. La Loi Travail a également apporté des modifications à ce congé : d’une part les conditions d’ancienneté qui étaient imposées aux titulaires de CDD sont supprimées et les conditions de rémunération sont identiques qu’il s’agisse de CDD ou de CDI. Dans le cas d’une prise en charge de l’action de VAE par un Organisme Paritaire Agréé pour le financement du Congé Individuel de Formation, le salarié perçoit la même rémunération que s’il avait été présent à son travail. D’autre part, selon la convention ou l’accord collectif de travail, la durée du congé peut excéder 24 heures quand il s’agit de salariés ne possédant pas un niveau IV (niveau bac) de qualification.

Signalons enfin une nouvelle obligation apportée par la Loi Travail. Quand un salarié est embauché, il doit être informé par l’entreprise de son droit à un entretien professionnel tous les deux ans afin d’envisager ses perspectives d’évolution professionnelle. L’entretien professionnel doit maintenant inclure des informations liées à la VAE. Beaucoup de bénéficiaires potentiels ignorent leurs droits à la VAE et cette obligation permettra de promouvoir ce dispositif.

B/ Processus

1) Livret 1

Il s’agit du dossier de demande de VAE à retirer auprès de la direction régionale des affaires sanitaires et sociales. Il doit être retourné accompagné des justificatifs demandés (photocopie de pièce d’identité, attestation de l’employeur ou bulletins de salaire pour les emplois occupés, attestation de deux responsables de l’association dans le cas d’activités bénévoles), ainsi que d’une déclaration sur l’honneur attestant de l’absence d’une autre demande de VAE auxiliaire de puériculture.

Outre les renseignements d’ordre général (état-civil, situation professionnelle, formation et diplômes), vous devrez donner un aperçu de votre expérience professionnelle (de façon succincte puisque cette rubrique approfondie concerne l’essentiel du livret 2).

La décision d’acceptation est notifiée à la candidate dans un délai de deux mois à compter de la date de dépôt de demande et l’absence de réponse équivaut à un rejet.

2) Livret 2

Dans le délai d’un an à compter de la date de notification de recevabilité, la candidate doit déposer son livret de présentation des acquis de l’expérience dument complété et contenant, entre autre, l’attestation de suivi du module de formation. C’est sur la base de ce livret que le jury se prononcera sur la demande. Si cette dernière obtient un résultat positif, la candidate sera alors convoquée à une session du jury du diplôme professionnel d’auxiliaire de puériculture. A la suite de cet entretien, le jury décidera alors de l’attribution du diplôme.

Quelles sont les différentes rubriques du livret 2?

  • Renseignements sur l’identité et la situation au moment de la demande ;
  • Parcours professionnel (période, employeur, fonction, type de structure, activités effectuées) ;
  • Activités bénévoles éventuelles ;
  • Parcours de formation (intitulé, période et durée, organisme formateur, contenu de la formation) ;
  • Projet et motivations conduisant à la demande de VAE ;
  • Description de l’expérience et des acquis :
    • expérience dans les activités d’éveil et de la vie quotidienne avec description précise de ces activités,
    • observation et appréciation de l’état d’une personne avec mesure des paramètres vitaux,
    • expérience de réalisation de soins en contexte médicalisé,
    • expérience d’installation et de mobilisation de personnes (hors techniques de rééducation),
    • expérience de communication auprès de personnes soignées, accueillies ou aidées,
    • expérience d’entretien des locaux et du matériel,
    • expérience de recherche et de transmission d’information pour assurer la continuité des soins,
    • expérience d’organisation du travail au sein d’une équipe.

La candidate peut n’obtenir qu’une validation partielle c’est-à-dire correspondant à une ou plusieurs des unités du référentiel des compétences. Traditionnellement les unités validées l’étaient pour une durée de 5 ans, c’est-à-dire que la candidate devait impérativement valider les unités manquantes durant ce délai pour obtenir son diplôme. La loi Travail a levé cette limite de validité et les unités acquises le sont à titre définitif, permettant ainsi la validation du diplôme module par module sans limitation dans le temps.

Il appartient donc aux organismes certificateurs d’adapter leurs textes réglementaires, la Loi Travail stipulant qu’ils devront « faire évoluer progressivement leur base de données à la fois pour assurer le suivi des parcours prévu par la loi du 5 mars 2014 et intégrer le dynamisme des parcours non plus lié à une seule certification mais aux diverses possibilités de validations partielles, passerelles entre certification et diversité des modalités d’accès à la certification ».

Pour l’instant, aucun changement n’est encore annoncé concernant les deux possibilités s’offrant en cas de validation partielle :

  • suivre les modules de formation des compétences non validées ;
  • prolonger son expérience professionnelle en vue d’une nouvelle demande de VAE.

C/ Le module de formation VAE auxiliaire de puériculture

Aux termes de la loi du 5 mars 2014, « toute personne dont la candidature a été déclarée recevable peut bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de son dossier et de son entretien avec le jury en vue de la VAE ». La loi Travail va plus loin en précisant « qu’un accompagnement renforcé pour certains publics peut être prévu et financé par un accord de branche ». Mais elle est encore trop récente pour savoir ce que recouvrent véritablement les termes « accompagnement renforcé », « certains publics » et « financé ».

Cet accompagnement peut être combiné au module de formation obligatoire entrant dans le cadre de la VAE auxiliaire de puériculture. Il est dispensé par les organismes de formation initiale autorisées par le Ministère de la Santé. Mais à la différence d’une formation initiale, l’accès à ces écoles n’est pas soumis à un concours d’entrée. D’une durée de 70 heures, il comporte cinq parties :

  • Notions de santé publique et de politiques sociales et familiales ;
  • L’auxiliaire de puériculture sur son lieu de travail ;
  • Rôle de l’auxiliaire de puériculture ;
  • Sécurité et qualité des soins aux enfants ;
  • Hygiène et prévention des infections notamment nosocomiales.

Etant donné l’importance que revêt le livret 2 dans la VAE auxiliaire de puériculture, nous ne saurions trop vous recommander de vous faire aider par l’organisme de formation du module obligatoire pour le remplir, mettant ainsi toutes les chances de votre côté.