Le métier d’Aide Médico-Psychologique

aide medico psychologique metier

Dans le domaine socio-éducatif, il existe des professions bien plus féminisées que d’autres ; parmi celles-ci on peut en citer une dont la demande est en constante augmentation : le métier d’aide médico-psychologique.

Pour donner une définition succinte de l’aide médico-psychologique (couramment abrégée en AMP), on peut dire qu’il s’agit d’une professionnelle paramédicale dont le rôle consiste à apporter aide et accompagnement dans les actes de la vie quotidienne, grâce à des soins d’hygiène et de bien-être, à des personnes souffrant essentiellement de troubles psychiatriques.

Recevez votre documentation gratuite ici

L’AMP intervient auprès de divers publics : personnes âgées, enfants, adolescents, adultes en situation de handicaps de toutes sortes (psychique, mental, physique, sensoriel…). Mais quels que soient les bénéficiaires, ce sont toujours des personnes dépendantes et privées d’autonomie, qu’elle soit physique ou psychique.

A/ Les qualités requises

S’il est un métier exigeant de solides qualités humaines, c’est bien celui d’aide médico-psychologique et certaines sont indispensables dans l’exercice de cete profession.

  • Capacités d’adaptation : selon le type de public auquel elle a affaire, les besoins diffèrent beaaucoup et le passage d’une personne âgée dépendante par exemple à un enfant autiste, nécessite une adaptation très rapide. Pour cette raison et aussi par goût personnel, les AMP décident souvent d’exercer dans un type de structure accueillant un public bien défini. Mais même dans cette situation, chaque individu représente un cas particulier et la réactivité de l’AMP doit être immédiate.
  • Patience : il est fréquent que des consignes doivent être répétées de multiples fois avant d’être prises en compte et sans une infinie patience il ne faut guère escompter de résultats.
  • Attention de tous les instants et sens de l’observation : face à une personne incapable de s’exprimer verbalement, l’AMP est amenée à décrypter les attitudes et les gestes qui lui permettront de mettre des mots sur ses besoins ; la sensation d’être comprise renforce en outre la confiance.
  • Tolérance : les réactions de certains individus perturbés peuvent être surprenantes ; la professionnelle doit savoir faire preuve d’ouverture d’esprit, ce qui n’exclut pas de faire appel à l’autorité quand la nécessité s’en fait sentir.
  • Créativité : les activités diverses appartiennent au rôle éducatif de l’AMP auprès des enfants et à la stimulation des capacités de personnes âgées ou handicapées.
  • Résistance : l’AMP apportant également une aide aux patients pour la toilette, les déplacements et autres besoins quotidiens, la résistance physique est tout aussi indispensable que la résistance nerveuse ; en outre les horaires sont souvent atypiques : les internats fonctionnent 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, ce qui implique de travailler par roulements pas toujours faciles à concilier avec une vie familiale.
  • Goût du travail en équipe : l’AMP est sous la responsabilité d’un éducateur spécialisé ou d’un moniteur éducateur et exerce au sein d’une équipe pluridisciplinaire (psychologues, médecins, assistants sociaux…), sans parler du contact avec les familles ; l’information doit donc circuler en permanence.
  • Distanciation : des liens très forts se nouent immanquablement entre patient et AMP ; il est vital pour cette dernière de savoir garder la bonne distance professionnelle qui lui permettra d’assumer ses fonctions sans que les émotions prennent le dessus.

B/ La formation

Elle consiste en une formation théorique d’environ 500 heures (1 à 2 ans selons les centres de formation) augmentée de 24 semaines de stage pratique.

La formation est accessible sur concours, sans prérequis particuliers ; il est toutefois indispensable d’avoir 18 ans révolus à l’entrée en formation. Les six modules qui la composent préparent la professionnelle à s’occuper de tous les publics : enfants, adolescents, adultes, handicapés ou polyhandicapés, personnes âgées dépendantes.

Chaque module fait l’objet d’une épreuve dont la validation permettra l’obtention du diplôme d’Etat d’aide médico-psychologique DEAMP.

C/ Les lieux d’exercice du métier d’aide médico-psychologique

La pluralité des lieux d’exercice fait que l’AMP n’a aucun mal à trouver un emploi, souvent même dès l’obtention de son diplôme. Elle peut exercer tant dans le public que dans le privé.

  • Centres hospitaliers spécialisés (CHS)
  • Instituts d’éducation motrice (I.E.M.)
  • Instituts médico-éducatifs (IME)
  • Foyers d’accueil médicalisés
  • Foyers d’hébergement pour adultes handicapés
  • Instituts pour enfants handicapés dépendants
  • Maisons d’accueil spécialisées (MAS),
  • Foyers d’insertion et de transition (FIT)
  • Maisons de retraite
  • Foyers de vie
  • centres d’aide par le travail (CAT)
  • EHPAD
  • Hôpitaux psychiatriques

Et la liste n’est pas exhaustive!

D/ La rémunération

Qu’il s’agisse du privé ou du public, elle est à peu près équivalente en début de carrière. Ce n’est qu’en cours de carrière qu’un écart se creuse pour arriver à un salaire plus élevé dans le privé que dans le public.

1) Salaire de l’AMP dans le secteur public

En tant que diplôme de niveau V, le salaire de l’AMP dans la fonction publique hospitalière est identique à celui de l’aide-soignante ou de l’auxiliaire de puériculture. Il augmente en fonction de l’ancienneté et des échelons et diverses primes possibles viennent s’y ajouter.

Le traitement de base varie en gros de 1400€ pour une débutante à environ 2000€ pour une AMP en fin de carrière.

2) Salaire de l’AMP dans le secteur privé

La rémunération de l’AMP dans le privé varie selon la convention collective à laquelle elle est reliée, et ce malgré des fonctions quasiment identiques.

  • Convention collective nationale des établissements privés d’hospitalisation, de soins, de cure et de garde à but non lucratif du 31 octobre 1951 : selon le lieu d’exercice, le salaire peut approcher 1600€.
  • Convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966 : en début de carrière, le salaire dépasse très légèrement 1400€.
  • Convention collective nationale de l’hospitalisation privée du 18 avril 2002 : l’AMP débutante perçoit un salaire équivalent à 1380 euros.