Le BAFA un diplôme « porte d’entrée »

diplome bafa

Largement reconnu dans le domaine de l’animation socioculturelle bien que diplôme non professionnel, le BAFA présente un intérêt certain pour qui veut travailler au contact des enfants.

Le sésame pour accéder au domaine de l’animation est sans conteste le BAFA (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur). Depuis sa création en 1973 par le ministère de la Jeunesse et des Sports, son succès ne s’est pas démenti puisqu’il représente environ 50000 nouveaux diplômés chaque année.

Recevez votre documentation gratuite ici

Le BAFA est la porte d’entrée vers divers métiers de l’animation, du social et même parfois de l’enseignement. Diplôme non professionnel (c’est-à-dire permettant d’exercer une activité occasionnelle), il dispense aux animateurs une base commune de savoirs et de techniques, faisant d’eux des amateurs reconnus indispensables à l’accueil colleectif de mineurs.

Rappelons que la réglementation est très stricte à ce sujet : au moins 1 animateur pour 12 enfants de 6 ans et plus) et 1 animateur pour 8 enfants de moins de 6 ans ; en accueil périscolaire elle impose au moins 1 animateur pour 14 enfants de 6 ans et plus et 1 animateur pour 10 enfants de moins de 6 ans. Parmi ces animateurs, la moitié de l’équipe doit être titulaire du BAFA et 30% en cours de formation BAFA.

A/ La formation BAFA

Pour y accéder, il existe deux conditions impératives :

  • être âgé de 17 ans minimum au premier jour d’entrée en formation ;
  • être inscrit auprès de la direction départementale de la jeunesse et des sports du département de résidence ; le livret que fournit cette dernière doit être remis à l’organisme de formation.

La formation comporte trois étapes devant être effectuées dans l’ordre et son ensemble ne doit pas dépasser 30 mois.

1) Formation théorique

Sa durée est de 8 jours minimum effeectuée en internat ou en demi-pension (très rarement en externat). Elle se décompose en quatre parties :

  • Les apports théoriques (législation en Séjours Vacances ou Accueils Loisirs, soins d’urgence, responsabilité de l’animateur, connaissances de l’enfant, découverte du milieu, vie quotidienne et vie collective).
  • L’organisation d’animations et d’activités: mise en situation par petits groupes.
  • Les temps de réflexion sur des situations susceptibles de se présenter : violence, tabac, alcool, drogue, handicap, sanctions…
  • L’élaboration d’un projet d’animation sur plusieurs jours en tenant compte des besoins des enfants, de la réglementation…

Ce stage théorique se penche également sur les techniques de recherche du stage pratique.

L’évaluation de fin de stage (non notée) par le directeur repose sur des critères tels que l’intégration à la vie collective, l’organisation de séquences d’animation, la participation au travail en équipe… Il est ensuite validé par le Directeur départemental de la jeunesse et des sports ; le candidat a alors le statut d’animateur stagiaire l’autorisant à effectuer le stage pratique.

2) Stage pratique

Il doit être entrepris dans un délai de 18 mois après la formation générale (possibilité de dérogation le portant à 30 mois sur demande motivée du candidat). Il appartient au candidat d’effectuer par lui-même la recherche de ce stage, bien que l’organisme de formation lui apporte une aide en ce sens.

Il ne peut s’effectuer que dans un accueil de jeunes, un accueil de loisirs, un accueil de scoutisme ou un séjour de vacances. Il dure au moins 14 jours ou 28 demi-journées, en une ou plusieurs fois, mais avec un maximum de deux stuctures différentes.

L’évaluation est effectuée par le directeur du séjour puis le Directeur départemental de la jeunesse et des sports le valide.

3) Session d’approfondissement ou de qualification

La durée est d’au moins six jours pour l’approfondissement et huit pour les qualifications.

L’approfondissement a pour objectif d’approfondir un thèmatique spécifique en lien avec les Séjours Vacances ou Accueils Loisirs (sport, jeux…) et d’analyser le stage pratique.

La qualificaion permet la validation de compétences particulières, au nombre de quatre :

  • canoë-kayac ;
  • voile ;
  • activités de loisirs motocyclistes ;
  • brevet de surveillant de baignade (autorisation d’exercer de 5 ans renouvelable).

Evaluation par le directeur de stage et validation par le Directeur départemental de la jeunesse et des sports.

B/ La délivrance du BAFA

Lorsque les 3 étapes de formation ont éé effectuées, le candidat fait parvenir son dossier comportant les attestations de stage au jury BAFA du département. Celui-ci est composé de :

  • 4 agents de la direction départementale de la jeunesse et des sports ; le directeur régional choisit le président parmi eux et sa voix est prépondérante ; – 3 représentants d’organismes de formation habilités à former des personnels d’encadrement d’accueil collectif de mineurs ;
  • 3 représentants d’organisateurs d’accueil collectif de mineurs ;
  • 1 représentant des organismes de prestations familiales du département.

    Trois résultats possibles :

  • délivrance du BAFA ;

  • ajournement du candidat ; il a alors 12 mois pour effectuer à nouveau le(s) stage(s) non validés par le jury ;
  • refus de délivrance entraînant la perte du bénéfice de l’ensemble de la formation.

C/ Les aides financières

Elles peuvent êtres publiques ou passer par diverses structures et peuvent être versées avant ou après le stage théorique ou en fin de formation. Sachez toutefois que, bien que cumulables, leur montant n’atteint pas la moitié du coût de formation.

1) La CAF

Aucune condition d’âge ni de ressources mais elle n’est versée qu’au moment du stage d’approfondissement. Si ce dernier porte sur l’accueil de la petite enfance, l’aide est légèrement plus élevée.

2) Les bourses ministérielles

La bourse jeunesse et sport dépend des ressources personnelles du candidat et la demande doit être adressée aux services déconcentrés de l’Etat. Plus élevée que l’aide de la CAF.

3) Le conseil général

Chaque département a ses propres règles avec parfois des conditions d’âge et de ressources. Elle peut être versée en deux fois (stage théorique puis stage d’approfondissement).

4) Les mairies

Il s’agit généralement d’une avance sur salaire : en contrepartie de la prise en charge d’une partie du coût de la formation, le stagiaire travaille un certain temps pour la mairie.

5) Les autres structures

Il peut s’agir du Comité d’Entreprise des parents du candidat, du lycée (selon la filière de l’élève), du Pôle Emploi, d’un prêt bancaire. Il peut également arriver que le stage pratique soit rémunéré.

D/ Les débouchés du BAFA

1) Les colonies de vacances

Beaucoup de jeunes étudiants passent le BAFA pour exercer en colonies de vacances afin de gagner un peu d’argent (le salaire se limite généralement au Smic horaire). Cette activité nécessite d’être disponible durant les vacances scolaires et les nuits de sommeil sont souvent inférieures à 6 heures.

2) Les centres de loisirs

L’animateur y travaille hors horaires scolaires (avant et après l’école, le mercredi et durant les vacances. Le salaire y est plus élevé qu’en colonies de vacances et se répartit sur l’ensemble de l’année, aussi cette activité est-elle très recherchée : la concurrence est rude. Il faut en outre être disponible toute l’année.

3) Les classes scolaires de sortie

Ce débouché n’est pas le plus connu mais il n’est pas rare que les enseignants fassent appel à des titulaires du BAFA pour l’encadrement des enfants lors de classes vertes ou de sorties en montagne ou en mer. L’organisation se fait conjointement entre municipalités et Education Nationale et débouche sur une rémunération à hauteur du Smic. Dans ce cas de figure il faut être disponible hors vacances scolaires.

4) Les autres débouchés

Citons pêle-mêle les organismes de stages linguistiques, les parcs d’attractions et tous lieux nécessitant l’encadrement et l’animation pour des enfants. A noter que le BAFA n’est nullement obligatoire pour faire du baby-sitting mais qu’il représente un plus dans la mesure où il sécurise les parents.

E/ Quelle vie après le BAFA?

La poursuite logique du BAFA est le BAFAD (Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur) permettant de devenir directeur en accueil de mineurs. Il faut avoir 21 ans révolus.

Le BAFA fait partie des prérequis pour accéder à certaines formations diplômantes telles que :

  • Le BP JEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) option Loisirs tous publics. Il prépare aux métiers d’animateur dans une association, un club sportif, une entreprise, une collectivité territoriale… Il s’agit alors d’un métier et non plus d’une activité occasionnelle.
  • Le BAPAAT (Brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien) ; c’est le premier niveau de qualification pour l’animation et l’encadrement des activités sportives et socioculturelles.

Avec le BAFA vous pouvez également devenir vous-même formateur.