Les débouchés du CAP Petite Enfance

debouches-apres-cap-petite-enfance

Le CAP Petite Enfance donne accès à des emplois au sein de diverses structures collectives d’accueil de la petite enfance et permet également d’exercer la profession d’assistante maternelle. Mais il ne doit pas être considéré comme une fin en soi : c’est un tremplin important pour d’autres concours qui assureront votre progression de carrière.

A/ Les emplois en structures d’accueil

Les structures d’accueil sont nommées EAJE. Les EAJE (établissements d’accueil de jeunes enfants, dénommés en réalité « établissements et services d’accueil des enfants de moins de six ans » dans la législation) regroupent divers types de structures :

  • les crèches collectives et les haltes-garderies (établissements d’accueil collectif) ;
  • les crèches parentales (établissements d’accueil collectif gérés par une association de parents participant à l’accueil) ;
  • les jardins d’enfants (établissements d’accueil collectif réservés aux enfants de plus de deux ans non scolarisés ou scolarisés à temps partiel) ;
  • les micro-crèches (établissements d’accueil collectif avec une capacité d’accueil limitée à dix places).

L’intitulé de l’emploi peut varier :

Recevez votre documentation gratuite ici
  • agent d’animation
  • agent spécialisé
  • agent ou auxiliaire de crèche
  • animateur(trice) Petite Enfance
  • aide-éducateur(trice)
  • aide auxiliaire de puériculture.

Quel que soit le vocable, la fonction est identique. Elle consiste à accueillir et assurer la garde des enfants. Mais elle est plus enrichisante qu’elle ne peut le sembler à première vue. Elle comporte des gestes très terre-à-terre tels que l’aide à la toilette, à l’habillage, aux repas et la responsabilité de l’hygiène de l’environnement ; mais vous participez également à l’apprentissage de l’enfant vers l’autonomie par le biais d’activités d’éveil et à sa socialisation.

Il s’agit d’un véritable travail d’équipe que vous partagerez avec d’autres professsionnels de la Petite Enfance tels que puéricultrice, auxiliaire de puériculture, éducateur de jeunes enfants… C’est d’ailleurs ce contact qui motive souvent le titulaire du CAP Petite Enfance à entamer une poursuite d’études.

B/ Les emplois en milieu familial

Pour ce type d’emplois le CAP Petite Enfance n’est pas obligatoire mais le posséder est un avantage : il sécurise les parents qui ont ainsi la certitude que vous êtes une professionnelle dans ce domaine. Aux termes de la législation, il s’agit ici de « services d’accueil familial » ou de « crèches familiales ».

Il existe deux options.

1) Auxiliaire parentale

L’auxiliaire parentale à domicile assure la garde d’enfants à partir de 3 mois au domicile des parents. Elle les épaule dans leur rôle éducatif en assurant soin et éveil de l’enfant à toutes les étapes de sa vie quotidienne.

Elle a pour mission de préparer et aider à la prise de ses repas, de l’accompagner dans l’apprentissage de la propreté, d’assurer sa sécurité tant à l’extérieur qu’à l’intérieur et de participer à son développement psychomoteur. Elle doit respecter ses rythmes de sommeil et d’activités. S’il est scolarisé, elle le prend en charge à la sortie de l’école. En outre, elle assure les travaux courants liés à son environnement immédiat. Et bien sûr elle informe les parents du déroulement de la journée de l’enfant.

2) Assistante maternelle

Elle accueille un ou plusieurs enfants à son domicile et doit disposer d’un agrément qui lui aura été délivré par le conseil général suite à la visite d’évaluation à domicile et renouvelable tous les 5 ans. L’agrément stipule l’âge et le nombre d’enfants (4 au maximum s’il s’agit d’enfants de moins de 3 ans, y compris ceux de l’assistante maternelle) pouvant être accueillis en simultané. Des visites de contrôle inopinées de puéricultrices de la PMI peuvent avoir lieu en cours d’agrément.

Si cette profession est accessible sans diplôme, elle fait en revanche l’objet d’une formation obligatoire de 120 heures dont la moitié à effectuer entre la demande d’agrément et le début de l’accueil des enfants. Dans les deux ans suivant l’accueil du premier enfant, les 60 heures restantes doivent être réalisées.

A l’heure actuelle, l’assistante maternelle doit présenter le module « Accueil de l’enfant à domicile » du CAP petite enfance (mais sans obligation de le valider) pour obtenir le renouvellement de son agrément. Mais l’entrée en vigueur à la rentrée 2017 du nouveau CAP dénommé « CAP accompagnant éducatif petite enfance » apportera un changement. L’assistante maternelle devra présenter deux modules de l’examen : le module spécifique « Exercer son activité en accueil individuel » et le module relevant du socle commun « Accompagner le développement du jeune enfant ». Ce dernier comporte entre autre l’application de protocoles liés à la santé, ce qui permet à l’assistante maternelle d’accueillir un enfant avec un PAI (Projet d’Accueil Individualisé) en raison de troubles de santé chroniques.

L’assistante maternelle peut également travailler dans un service d’accueil familial (crèche familiale) en association avec d’autres assistantes maternelle et sous la direction d’un médecin, d’une puéricultrice ou d’un éducateur de jeunes enfants.

B/ La poursuite d’études

Les titulaires du CAP Petite enfance peuvent passer directement le concours d’ATSEM ou des concours d’entrée dans certaines écoles. Tous ces concours ont en commun de comporter deux épreuves : une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission.

1) Concours ATSEM

Jusqu’ici les fonctions de l’Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles (ATSEM) s’articulaient autour de 3 axes principaux :

  • accueil et animation,
  • entretien des locaux scolaires et du matériel,
  • assistance à l’enseignant au cours des activités.

Plus concrètement, l’ATSEM accueille les enfants, apporte son aide à leur habillage et déshabillage, les accompagne aux sanitaires, assure le service à la cantine et les aide à manger ; elle seconde l’enseignant ou les animateurs des centres de loisirs dans la préparation des activités, effectue le nettoyage et le rangement (locaux, matériel servant aux activités, lits pour la sieste…).

Mais la réforme des rythmes scolaires a étendu ses activités avec sa participation aux activités pédagogiques se déroulant durant le temps périscolaire, qu’elles soient artistiques, sportives ou culturelles. Cela signifie que l »ATSEM peut aussi bien intervenir en garderie, accompagner des enfants en situation de handicap ou remplacer un animateur, voire même un enseignant.

Au vu de ces nouvelles responsabilités ayant amené des revendication de la part des ATSEM, la rentrée 2017 sera l’occasion de redéfinir leur rôle de façon plus précise, d’approfondir leurs conditions de travail avec possibilité éventuelle d’accéder plus tôt à la retraite et de faciliter leur passage vers d’autres filières.

2) Formation auxiliaire de puériculture

La profession d’auxiliaire de puériculture appartient à la fois au domaine du social et de la santé et ses lieux d’exercice sont très variés : crèche, halte-garderie, centre maternel, PMI, maternité, service de pédiatrie…

L’auxiliaire de puériculture possède des compétences multiples et certaines de ses fonctions ainsi que le(la) professionnel(le) qu’elle assiste peuvent varier selon la structure : sage-femme en maternité, infirmière ou puéricultrice en pédiatrie, éducateur de jeunes enfants en pouponnière, médecin/pédiatre en PMI…

3) Formation éducateur de jeunes enfants

Le concours d’entrée en école d’éducateur de jeunes enfants n’est accessible aux titulaires du CAP Petite Enfance qu’au bout de 3 années d’expérience professionnelle, sauf s’ils sont bacheliers.

L’éducateur de jeunes enfants intervient auprès d’enfants de moins de 7 ans : son rôle est de favoriser leur épanouissement et leur développement par les activités d’éveil et le jeu, les initiant ainsi aux règles de la vie sociale, aux habitudes de sécurité et d’hygiène et au langage en ce qui concerne les plus petits.

Il exerce sa profession dans les diverses structures d’accueil et les lieux de gardes collectifs de la petite enfance.

4) Formation aide-soignant

Si après des débuts dans le petite enfance vous souhaitez vous orienter vers une profession paramédicale, vous pouvez passer le concours d’entrée en école d’aide-soignant. Bien que ce concours ne nécessite aucune obligation de diplôme, être titulaire du CAP Petite Enfance offre cependant un avantage : il dispense de l’épreuve écrite d’admissibilité et permet d’accéder directement à l’épreuve orale d’admission.

L’aide-soignant réalise les soins d’hygiène et de confort propres à améliorer le quotidien des personnes privées de façon provisoire d’une part de leur autonomie. Il exerce sa fonction sous les directives d’un infirmier dans tous les secteurs de santé, hospitaliers ou extra-hospitaliers, publics ou privés : hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, établissements pour personnes dépendantes, ainsi qu’en libéral.